Du matériel de protection et de nettoyage pour l’association Wum Taaba


–       A Koupéla, comme dans de nombreuses communes africaines, les détritus (sacs plastiques, bouteilles, emballages perdus, chiffons, morceaux de chaussures…) s’accumulent, mettant en danger la santé et la sécurité des passants, des riverains, en particulier des enfants et des animaux. Un groupe de femmes a déjà depuis plusieurs années décidé de s’attaquer au problème. Bénévolement elles nettoient certains lieux de la ville : cour de la mairie, cour de l’hôpital, gare routière, marché… Elles font cela, disent-elles car elles souhaitent que leurs enfants vivent dans un environnement plus propre. Certaines ont abandonné cette activité car leur mari ne veut pas qu’elles passent du temps à une occupation qui ne rapporte rien. Mais peu à peu la Mairie prend conscience de l’intérêt de l’action de l’association d’autant plus que l’assainissement fait partie des compétences que l’État burkinabé a transférées aux communes. Les femmes seront donc équipées de quelques charrettes et d’ânes pour transporter les ordures vers une décharge que la municipalité veut organiser et contrôler. L’association sollicite auprès des commerçants et de certaines familles une participation pour le travail qu’elle accomplit. Certains payent un peu… beaucoup pas du tout.

Pendant l’été 2009, quelques jeunes Grignerots passent 3 semaines à Koupéla et parmi d’autres actions réfléchissent avec des jeunes de Koupéla aux moyens de sensibiliser la population à la propreté des espaces publics de la ville. Ils réaliseront ensemble des poubelles déposées un peu partout et un panneau pour inciter les Koupéliens à s’en servir.

En juin 2010, une délégation conduite par le maire de Koupéla, monsieur Simplice Dambré vient à Grigny. Elle fait part aux élus de Grigny et au comité de jumelage de son souci d’assainissement et il est décidé de lancer un projet qui devra se poursuivre sur plusieurs années. Et c’est ainsi qu’il est décidé d’acheter un tracteur qui ne devrait pas tarder à arriver à Koupéla, de remettre en état une remorque et de former et équiper les femmes de l’association. Courant septembre, les membres de l’association Wum Taaba ont reçu une formation à l’hygiène, à la protection de soi, à la prise en charge des premiers soins et à la prévention des risques liés à l’exercice de l’activité. Et le 20 septembre elles recevaient une dotation en matériel pour faire leur travail dans de meilleures conditions. Ce matériel a été financé par le comité de jumelage de Grigny mais les balais ont été offerts par un groupe de Grignerotes qui se retrouvent dans le cadre du centre social pour faire des actions de solidarité, le groupe Almara.

Lors d’une liaison par Skype, des représentantes de l’association Wum Taaba ont dit leur satisfaction : « avec ça, on peut tout ramasser sans problème ». Elles ont aussi signalé que du fait du soutien de la Mairie de Koupéla et d’un début de sensibilisation de la population, les finances rentraient un petit peu mieux dans la caisse de l’association.

Tout cela n’est qu’un début, le travail de sensibilisation doit se poursuivre et sans doute s’amplifier, il faudrait réfléchir aux moyens de valoriser certains déchets et surtout il y a un gros problème d’accès à l’eau potable dans les zones périphériques de Koupéla sans parler des latrines qui font largement défaut avec tous les problèmes de santé publique que cela entraine.

Monsieur Christophe Naré, 1er adjoint, remet du matériel de protection à la présidente de l'association Wum Taaba

 

 

Monsieur Lazare Tougma, président du Comité de jumelage remet du matériel à des femmes de l'association Wum Taaba

Ce contenu a été publié dans 3.Environnement, Réalisations, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *