Les potières de Koupéla équipées en matériel.

L. Zoungrana, président du CCJK explique le projet. (photo L. Zoungrana).

 

Vendredi 5 janvier, en milieu de matinée, la cour de la mairie de Koupéla est encore plus animée que d’habitude. De nombreuses personnes se saluent et au milieu 11 ânes et onze charrettes. Puis monsieur le maire, Harouna Tirogo arrive. Léonard Zoungrana, président du comité communal de jumelage de Koupéla prend la parole : il explique que dans le cadre du volet « réduction de la pauvreté et promotion de la femme » du projet triennal conduit par les deux comités de jumelage de Grigny et de Koupéla et subventionné par le ministère français des affaires étrangères et la ville de Grigny, du matériel va être remis par le maire aux femmes potières des villages de la commune de Koupéla, Toulgou et Tibin.

A proximité de ces deux villages se trouvent une zone de terre argileuse que les femmes extraient pour faire des poteries qu’elles vendent au marché. La récolte de la terre est un travail dur, dangereux ; un effondrement a causé un décès. Chaque femme fait son tas puis transporte l’argile tamisée à son domicile dans une bassine, parfois à deux, trois kilomètres.  Dans le sol de sa concession (cour d’habitation) sont creusées des demi sphères qui vont permettre le façonnage des pots. Tant à Toulgou qu’à Tibin, deux nouveaux forages réalisés l’un en 2014, l’autre en 2017 dans le cadre de projets de coopération entre Grigny et Koupéla facilitent l’approvisionnement en eau. Quand l’ensemble des potières du village aura réalisé un nombre suffisant de pièces, elles seront rassemblées, recouvertes de toutes sortes de matériaux combustibles pour la cuisson. Le transport jusqu’au marché souvent en vélo, est encore une étape délicate, gare à la casse, car le chemin est accidenté et les mobylettes parfois peu respectueuses des cyclistes bien chargés et plus lents !

Façonnage des jarres dans la cour familiale. La demi sphère creusée dans le sol facilite le travail.

Jarres rassemblées en attente de la cuisson.

Récolte de l’argile près du village de Toulgou. Les femmes se partagent une pioche.

Le travail d’extraction est dur et dangereux.

Les canaris cuits vont être transportés au marché.

Désormais, chacune des 110 potières aura son matériel propre (pelle et pioche)  et 11 charrettes à traction asine (six à Toulgou et cinq à Tibin) faciliteront grandement le transport de l’argile vers la concession familiale puis des jarres vers le lieu de cuisson et enfin vers le marché. Ces canaris sont recherchés car ils maintiennent fraîche l’eau de boisson.

Ainsi, grâce à la solidarité entre Grigny et Koupéla, le travail de ces potières va être facilité, de la fatigue va être épargnée et on peut espérer que c’est toute la vie familiale qui va être  améliorée.

Bernadette BOREL

Grâce aux charrettes tirées par des ânes, le transport de la matière première et des jarres terminées va être facilité : moins dur physiquement et moins de risque de casse. (Photo L. Z.)

Monsieur Harouna Tirogo, maire de Koupéla remet du matériel à une bénéficiaire. (Photo L.Z.)

Publié dans 2.Nos actions à Koupéla | Laisser un commentaire

29 mars 2014 : Grigny au rythme de l’Afrique.

Le 29 mars 2014 s’est déroulée la manifestation « Couleurs d’Afrique » organisée par le comité de jumelage Grigny-Koupéla. Cet ensemble d’activités en rapport avec des cultures africaines, est désormais bien installé dans le paysage grignerot.

Les Tams Tams du Yéyé

Les Tams Tams du Yéyé

Dès 15h, de nombreux enfants mais aussi des moins jeunes se sont rassemblés sur les gradins de la salle Jean Macé et ont vibré de concert avec les Tams Tams du Yéyé qui alternant contes et percussions les ont entraînés dans un monde étrange et merveilleux où tout est possible. Cette animation était proposée par le service culturel municipal.

Deux heure plus tard, place au cinéma : le film du nigérien Sani Elhadj Magori, Pour le Meilleur et Pour l’Oignon a permis de plonger dans les réalités économiques de villages maraîchers du Niger et leurs conséquences sociales. Ce film a été apprécié car il permet de découvrir la vie quotidienne dans un village, ses coutumes, ses joies, ses difficultés.

Entre deux animations les visiteurs ont pu s’adonner au plaisir des yeux et même de

Stand du comité de jumelage, de beaux objets, de qualité.

Stand du comité de jumelage, de beaux objets, de qualité.

l’achat d’un bel objet au stand d’artisanat du comité de jumelage. Les membres qui partent en mission chaque année, rapportent bijoux, bronzes, batiks, statues de bois, objets de cuir…. échantillons de la production artisanale burkinabé, variée et de qualité. Les bénéfices permettent de financer les projets à Koupéla.

Il y avait aussi Sylvain de la librairie La Voie aux Chapitres, toujours de bon conseil et prêt à échanger sur la littérature. Il avait apporté un vaste choix de livres tournant autour de l’Afrique, pour les grands comme pour les petits. Comme les années précédentes, l’antenne de Vienne d’Artisans du Monde était présente, proposant café, thé, sucre, dattes et autres produits du commerce équitable. Un peintre sénégalais présentait quelques unes de ses oeuvres à l’inspiration entre tradition et modernité.IMStand de la librairie La Voie aux ChapîtresG_1260

Toiles d'un peintre sénégalais

Toiles d’un peintre sénégalais

Stand Artisans du Monde : produits du commerce équitable

Stand Artisans du Monde : produits du commerce équitable

IMG_1263

Repas préparé par l'association Komakarité

Repas préparé par l’association Komakarité

Le groupe Djama del Sol.

Le groupe Djama del Sol.

Et puis vers 19h, 120 personnes se sont installées autour des tables de la salle Brenot pour partager le repas préparé par l’association de femmes d’origine burkinabé « Komakarité ». Cette association soutient la scolarité d’enfants de famille à faibles revenus,au Burkina Faso. En quelque sorte, une chaîne de solidarité… Le bouillon de boeuf, le riz gras et la salade de fruits exotiques ont agréablement chatouillé les papilles et ceux qui connaissent l’Afrique de l’ouest ont retrouvé avec plaisir des saveurs.

Et pour clôturer la journée le concert du groupe Djama del Sol métissé par les musiciens, les rythmes et les sonorités ; un voyage où s’entremêlaient plusieurs continents.

Donc, plaisirs des yeux et des oreilles, des papilles mais aussi des rencontres, des retrouvailles, des échanges…. de quoi faire oublier temporairement les tensions de la période électorale.

Bernadette BOREL

Publié dans 2.Couleurs d'Afrique | Marqué avec | Laisser un commentaire

Soirée Théâtre à Grigny

Après la culture vinicole, place à la culture théâtrale !

Vous avez été nombreux à honorer de votre présence notre récent salon des vins et de l’étiquette ( 24 et 25 novembre), concourant ainsi à son succès. Soyez-en remerciés. C’est dans le même centre Brenot ( rue W. Rousseau) et dans le même esprit – culture solidaire oblige – que nous vous proposons d’assister à une double représentation théâtrale, le mercredi 12 décembre 2012, à 20h15.
Ce soir-là, la compagnie « Répliques » jouera deux pièces.

« Le mot de Cambronne » de Sacha Guitry
« Edouard et Agrippine » de René de Obaldia


Bar/ possibilité de restauration légère à partir de 19h.
Spectacle à 20h15.
         PAF : – adultes : 12 €
                   – moins de 15 ans et demandeurs d’emploi : 6 €

Renseignements / réservations :
Tél : 06 22 57 55 53
04 78 46 24 20
****************
« Le mot de Cambronne »

Chacun le connaît, ce mot de Cambronne ! Au point que, de nos jours, il n’est même plus considéré comme très grossier de le prononcer.
Mais à l’époque…
Par ordre d’entrée en scène :
– Manon, bonne des Cambronne : Sarah M’Rad
– Mary, épouse de Cambronne : Catherine Pierrot
– Cambronne : Louis-Marc Delosme
– La préfète : Eliane Labouz

« Edouard et Agrippine »

Un couple âgé, qui n’a plus rien à se dire, chacun dans son monde, sourd aux propos de l’autre…
L’intrusion d’un troisième personnage apporte un dénouement inattendu.
Par ordre d’entrée en scène :
– Edouard : Jean-Pascal Bouat
– Agrippine : Claudine Husson
– Le blouson noir : Bernard Champi

Mise en scène : Louis  Marc Delosme

*********

« Répliques » est née d’une envie. L’envie de partager et de jouer des pièces entre amis. C’est ainsi qu’en allant au bout de ses envies la compagnie voit le jour, fin 2008.
Depuis, la troupe s’est agrandie et regroupe, aujourd’hui, des comédiens amateurs venus d’horizons différents et aux expériences théâtrales diverses. Elle joue au profit d’associations humanitaires auxquelles elle apporte son soutien.

Publié dans 3.Autres manifestations | Laisser un commentaire

Salon des vins et de l’étiquette de Grigny (69)

16ème édition d’un salon très convivial et très solidaire, les 24 et 25 novembre, au Centre Edouard Brenot de Grigny.
 – le samedi, de10h à 19h.
 – le dimanche, de 10h à 18h.
Le salon des vins
: 37 propriétaires-récoltants et artisans du terroir (foie gras, huîtres, produits de la mer, fromages, chocolat, charcuterie, miel et produits de la ruche, produits antillais…) de toute la France (Muscadet, Pommard, Volnay, Champagne, Pauillac, Fronsac, Jurançon, Jura, Chateauneuf du Pape, Meursault, Côte Rôtie, Chinon, Alsace, Condrieu, Minervois, Côteaux du Layon, Reuilly, Cornas, Gigondas, St Véran, Moulin à Vent, Juliénas, St Amour, Châblis, Gaillac, Cahors, Pouilly-Fuissé, Pomerol, Vinsobres, St Chinian…) proposent leurs produits à la dégustation et à la vente. C’est un salon à taille humaine où nous privilégions le contact entre viticulteurs et visiteurs.
Le billet d’entrée (5€) donne droit à un verre sérigraphié inédit.

Toutes les heures, une bouteille offerte à un visiteur par tirage au sort. Et deux tirages spéciaux pour gagner un week-end
dans la Val de Loire et dans les Corbières.

 Le salon de l’étiquette: unique en Rhône-Alpes, à découvrir absolument ! dans le même lieu se tient une exposition d’étiquettes de vins et une réunion d’échanges d’étiquettes de vins (pas d’argent, une contre une). Cette année, l’exposition aura pour thème : « De Cep en Verre »,présentée par JP Perot de l’association « Bourgogne Oenographilie ». Les étiquettes deviennent aujourd’hui un incontestable support médiatique du vin et souvent une véritable œuvre d’art.

Une cuvée du jumelage avec son étiquette inédite est proposée chaque année aux visiteurs. Cette année un Haut Médoc proposé par Henri MUSSO, propriétaire-récoltant à Château de Cach 33112 Saint Laurent Médoc tel : 0556594591). Deux intronisations par l’ODE (ordre des Dignitaires de l’Etiquette) de Chinon ont lieu le samedi.
L’éthique du salon: un salon très solidaire, la totalité des bénéfices est investie dans les projets de développement que le comité de jumelage Grigny-Koupela (Burkina-faso) entreprend à Koupela : construction d’une école primaire, cantines scolaires, collecte de vélos pour le Centre des Handicapés, rénovation de l’abattoir municipal, extension du lycée municipal, construction de boutiques au marché central, construction d’un collège 500 élèves
Également dans le salon :
– stand de produits de l’artisanat burkinabé
(batiks, bijoux, statuettes en bois, bronzes, objets en cuir…).
stand librairie : la vigne, le vin et la littérature africaine.
stand de l’Office de Tourisme Fleuve Givors-Grigny.
– collecte de bouchons de liège
au profit de France Cancer qui les revend à une entreprise en vue d’un recyclage.

 Contact : grignykoupela@laposte.net
Site du salon :
www.mairie-grigny69.fr (jumelage grigny-Koupela, salon des vins)
Coordonnées : André FABRE tel : 04-78-07-28-90 – mail : afabre4@orange.fr
Annie JEQUIER – tel : 04-78-73-38-88 – mail : ajequier@wanadoo.fr

 


Publié dans 1.Salons des vins | Laisser un commentaire

Du matériel pour Koupéla

Préparation des cartons dans le local du Comité

Un des axes du comité de jumelage Grigny-Koupela est de nouer des contacts avec les associations locales et autres institutions de Grigny.

Ainsi, grâce à Morgan Saunal et à Houssem Khaïm, jeunes membres du comité de jumelage, le Grigny Basket Club a accepté la présence d’un stand du comité de jumelage lors du tournoi jeunes de basket de Pentecôte. Le club de Grigny, ainsi que d’autres clubs de la région, ont fait don au comité de maillots et de ballons pour les équipes de basket de Koupela. Rappelons que Morgan et Houssem , aidés par Mélanie Lapalus ont initié la pratique de ce sport à Koupela en août 2009. Le comité de jumelage a financé la réfection du plateau de basket il y a un an.

D’autre part, la Médiathèque Léo Ferré de Grigny a participé aux animations de « Couleurs d’Afrique » en mars 2012 et a proposé des livres pour les jeunes ainsi que des romans pour le Centre de Lecture et d’Animation Culturelle de Koupela.

L’heure du chargement
pour Mélanie et Jean-François

Tout ce matériel va partir à Koupela dans les prochains jours grâce aux services de relations internationales du Grand Lyon et à l’association Bioport.

Les cartons conditionnés par les membres du comité de jumelage ont été apportés, ce jour, dans les locaux de Bioport.

Qu’il nous soit permis, à travers cet article, de remercier tous les partenaires qui ont œuvré à la réussite de cette action. Nous ne manquerons pas de les tenir au courant de la suite de ce projet.

Publié dans 4.Divers | Laisser un commentaire

A.G. du 5 février 2018

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans 1.Comptes-rendus (Bureau, CA, AG), 4.Info. Adhérents | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

C.R du CA du 29 / 01 / 2018

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans 5.Echanges | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

C.R. du C.A. du 08 /01 / 2018

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans 5.Echanges | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

A Naftenga, 10 toilettes familiales de type ECOSAN pour fertiliser le périmètre maraîcher.

Latrine familiale de type Ecosan

Dans le cadre du projet triennal « Programme participatif de développement Durable de la Commune de Koupéla » dont une partie est subventionnée par le Fond Eau de la métropole de Lyon, dix familles ont été désignées par le groupement de femmes maraîchères de Naftenga pour bénéficier de toilettes de type ECOSAN (de l’Anglais Ecological Sanitation). Ainsi le nombre de personnes qui dans le village de Naftenga défèquent à l’air libre (derrière un buisson, dans une ruine…) ou dans des latrines très sommaires va diminuer, leur environnement va devenir plus sain ; elles ne feront plus partie des 70% de burkinabé qui n’ont pas de toilettes correctes. Mais il y a un autre avantage important, grâce au dispositif de récupération des excrétats, les jardinières vont disposer d’un engrais plus efficace que les produits de l’industrie chimique et non polluant. Economie pour les bénéficiaires et pour la balance commerciale du pays car les engrais sont importés.

 

La dalle à double trou pour récupération séparée des urines et des fèces.

En effet, ces toilettes sont conçues pour récupérer séparément les urines et les fèces. Après 6 semaines, les urines diluées (1 litre pour 10 litres d’eau) peuvent être épandues sur les cultures (sauf à 2 semaines de la récolte). l’urine annuelle d’une personne permet de  fertiliser 400m².

Vue latérale avec le bac contenant le bidon récupérateur des urines.

Les urines, sauf cas particuliers rares, ne contiennent pas d’agents pathogènes à la différence des fèces qui doivent être stockées 6 mois et peuvent alors servir d’engrais de fond.

 

Bidon pour récupérer les urines

Des séances de sensibilisations ont eu lieu pour bien expliquer que si 10 familles ont l’avantage d’avoir des toilettes familiales décentes, les excrétats seront utilisés par l’ensemble des membres de l’association des maraîchères. Et le maire est venu en personne dire aux hommes qu’il n’était pas question de fertiliser les champs de mil ou de haricots avec.

Début 2018 les maraîchères vont commencer à récolter dans leur jardin et on peut espérer de bonnes collectes qui permettront d’améliorer la nourriture familiale. Ce qui sera vendu au marché apportera un petit revenu aux femmes qui pourront plus facilement financer la scolarité de leurs enfants, payer les médicaments et acheter tous ces produits nécessaires à la vie courante et que trop souvent elles doivent renoncer à se procurer par manque de moyens.

Une partie des femmes de l’association qui ont aussi bénéficié d’une formation de savonnière.

Bernadette BOREL

Publié dans 2.Nos actions à Koupéla, Réalisations | Laisser un commentaire